Dimanche 9 janvier : Fête de la Sainte Famille

Sainte Famille 

Le but de cette dévotion à la Sainte Famille, est de demander pour chaque famille, ainsi que pour l’humanité entière qui ne devrait former qu’une famille, la paix et le bonheur. Cette fête fut concédée à certains diocèses par Léon XIII en 1893, et étendue à l’Eglise universelle par Benoît XV, en 1921.

 

INTROIT
(Proverbes 23 : 24-25) Que le père du juste tressaille de joie ; que votre père et votre mère se réjouissent ; que celle qui vous a donné le jour soit dans l’allégresse. (Psaume 84 : 2-3) Combien agréables sont vos demeures, ô Seigneur des armées. Mon âme aspire et languit après les parvis du Seigneur.

V. Gloire…

COLLECTE
Seigneur Jésus Christ, vous avez, soumis à Marie et à Joseph, consacré la vie de famille par d’ineffables vertus ; faites, qu’aidés de la Vierge et de son saint époux, nous nous instruisions des exemples de votre Sainte Famille et participions à son éternel bonheur. Vous qui…

EPITRE (Saint Paul aux Colossiens 3 : 12-17)

Exhortation à la pratique de la charité chrétienne. Ce que nous devons revêtir, c’est un coeur fait de miséricorde et de bonté. Elus de Dieu, et aimés de Dieu à raison de l’image de son Fils en nous, c’est une âme de sympathie, de bienveillance que nous devons manifester à l’égard de nos frères.

Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience, vous supportant mutuellement et vous pardonnant les uns aux autres, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre : comme le Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. Mais par-dessus tout, ayez la charité, qui est le lien de la perfection. Et que la paix du Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos coeurs. Et soyez reconnaissants que la parole du Christ demeure en vous avec abondance. Instruisez-vous en toute sagesse et  avertissez-vous les uns les autres ; que vos coeurs s’exhalent vers Dieu en des psaumes et des cantiques spirituels, sous l’inspiration de la grâce. Quoi que vous fassiez en parole ou en oeuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus Christ, rendant grâces par lui à Dieu, le Père.

GRADUEL
(Psaume 27 : 4) J’ai demandé au Seigneur une seule chose ; je la redemanderai : habiter dans la maison du Seigneur tous les jours de ma vie. V. Heureux ceux qui habitent dans votre maison, Seigneur : ils chanteront vos louanges dans les siècles des siècles.

ALLELUJA, alléluja. (Isaïe 45 : 15) Vous êtes vraiment un Roi caché, Dieu d’Israël, notre Sauveur. Alléluja.

EVANGILE ( Saint Luc 2 : 42-52)

Jésus, âgé de douze ans, est perdu et retrouvé à Jérusalem.

Lorsque Jésus eut atteint l’âge de douze ans, Marie et Joseph montèrent à Jérusalem, selon la coutume de cette solennité. Les jours de fête passés, comme ils s’en retournaient, l’Enfant Jésus resta à Jérusalem, et ses parents en s’en aperçurent pas. Ils le croyaient en effet mêlé à la foule des voyageurs : ils voyagèrent tout le jour et ce ne fut que le soir qu’ils s’enquirent de lui auprès de leurs proches et de leurs connaissances. Et ne l’ayant point trouvé, ils retournèrent à Jérusalem, le cherchant partout. Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant, et émerveillant par sa sagesse et ses réponses tous ceux qui l’entendaient. Et le voyant, ils furent dans l’étonnement et sa mère lui dit : Mon fils, pourquoi avez-vous agi ainsi avec nous ? Voilà que votre père et moi, nous vous cherchions tout affligés. Et il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas que je me dois aux affaires de mon Père ? Mais ils ne comprirent point ce qu’il leur disait. Il descendit ensuite avec eux, et vint à Nazareth et il leur était soumis. Et sa mère conservait dans son coeur toutes ces choses. Et Jésus grandissait en sagesse, en âge, et en grâce devant Dieu et devant les hommes.

OFFERTOIRE
(Psaume 100 : 1-2) Poussez des cris de joie vers Dieu, habitants de la terre, servez-le dans l’allégresse : entrez en sa présence avec des transports de joie, car le Seigneur est Dieu lui-même.

SECRETE
Faites, Seigneur, que le sacrifice qui vous est offert nous vivifie et nous fortifie à jamais. Par…

COMMUNION
(Luc 2 : 48-49) Mon fils, pourquoi avez-vous agi ainsi envers nous ? Votre père et moi, nous vous cherchions tout affligés. Et pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je sois aux affaires de mon Père ?

POSTCOMMUNION
Nous vous supplions humblement, Dieu tout-puissant, de faire que ceux que vous nourrissez par vos sacrements, puissent vous servir par une vie et des actes qui vous soient agréables. Par…

 

Source : Missel de 1962.

Publié dans : Liturgie | le 13 janvier, 2011 |Pas de Commentaires »

Homélie de M. l’Abbé Husson aux obsèques de Mgr Masson

(source)

(23 octobre 2010) 

Traditionnellement, mes frères, l’Eglise ne souhaite pas que l’on prononce un éloge du défunt. Mais en pensant à la parabole des talents, que j’ai souvent citée ces derniers dimanches, je ne peux pas résister à la tentation de l’appliquer à celui qui nous a quittés. Car s’il y a des hommes qui reçoivent sur terre beaucoup de talents à faire fructifier, ce sont bien les prêtres.

Mgr Masson a toujours été droit dans sa soutane, si vous me permettez l’expression, ce que notre quotidien régional n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler [Est-Républicain, 19 oct. 2010]. Après ses débuts de séminaire à Nancy en 1956, il a dû, par fidélité à ses convictions, s’exiler de sa patrie pour gagner la France lointaine. Il a lui-même raconté toutes les difficultés que pouvait rencontrer un jeune prêtre dans les années soixante, et cette fidélité l’a conduit encore une fois à l’exil lorsqu’il décida de rejoindre Mgr Lefebvre à Ecône pour participer à la fondation de ce qu’on a appelé en France le « séminaire sauvage ». Dans cet exil, il n’avait qu’un but : la formation des prêtres dans la fidélité au Christ et à l’Eglise. Et c’est ainsi qu’il devint le premier directeur du séminaire d’Ecône. 

En 1973, il vint à Rome et commença sa longue carrière à la Congrégation pour la Propagation de la Foi, tout en continuant de suivre et de guider de nombreux jeunes prêtres et séminaristes : sa fidélité en faisait malheureusement un paria. Au séminaire français, nous étions particulièrement avertis qu’il nous était interdit de le rencontrer et, à la différence des autres prêtres français résidant à Rome, il n’y était jamais invité. A côté de son ministère romain, il est régulièrement revenu dans sa patrie lorraine, les fidèles de l’abbé Homé à Essey et de l’abbé Hacquard à Neuviller peuvent en témoigner.

Sa retraite en 2007 ne fut pas inactive : son nom apparaît sur internet. De nombreux articles, des commentaires de la Bible, de la Liturgie, des enseignements sur la sainte Vierge et les saints anges l’ont rendu célèbre sur la toile francophone. Sans compter ses souvenirs, son témoignage sur la crise des années soixante et soixante-dix, des faits inédits enfin révélés l’an dernier et qui nous ont montré que cette époque fut difficile pour l’Eglise. Nous avons eu aussi la grande joie de le voir célébrer parmi nous : et comme il me l’avait confié, il avait été particulièrement heureux de fêter à notre autel notre sainte Mère du ciel à Saint-Pierre ce 15 août.

Ce qui marque les quarante-quatre années de sacerdoce de Mgr Masson, c’est d’avoir toujours voulu en conscience servir le Christ dans la fidélité à l’Eglise, ou bien servir l’Eglise dans la fidélité au Christ, cela revient au même : « Le Christ et l’Église, c’est tout un » comme disait Jeanne d’Arc devant ses juges, et Mgr Masson disait en plaisantant, qu’en bon Lorrain, il était du même sang que notre sainte nationale. 

Fidélité au Christ et à l’Église, fidélité au Christ à l’image de cette béatitude que nous entendrons dans la bouche de Notre-Seigneur le jour de la Toussaint : « Heureux êtes-vous lorsqu’on vous persécute à cause de moi » (Matthieu, 5, 11) ; fidélité à l’Église en passant sa vie à faire fructifier les talents reçus, soit dans la formation des prêtres, soit dans le service du Saint-Siège, soit dans l’apostolat auprès des fidèles : nous pourrions donc dire qu’à nos yeux, il a mérité d’entendre les paroles de Notre-Seigneur : « Serviteur bon et fidèle, entre dans la joie de ton maître » (Matthieu, 5, 11).

Mais nous ne sommes pas réunis ici pour procéder à une canonisation, même si les cloches ont sonné à la volée selon la coutume de notre diocèse pour l’enterrement d’un prêtre. D’autant plus que Mgr Masson avait une haute idée des vérités de la foi de l’Eglise sur les fins dernières et la nécessité de prier pour les âmes du Purgatoire et que sa piété attendait de nous que nous mettions pour lui notre espérance et notre confiance dans la miséricorde et la bonté infinies du Christ, son Sauveur.

Nous sommes donc réunis pour prier pour un prêtre qui nous a quittés. Les fidèles demandent toujours aux prêtres de prier pour eux, mais souvent les prêtres se plaignent qu’on ne prie pas beaucoup, ou du moins pas assez pour eux. Tout prêtre est un homme, tout prêtre est un pécheur : c’est ce qui fait le mystère du sacerdoce du Christ confié à l’Église. Et parce qu’il a reçu beaucoup de talents, parce qu’il a donné entièrement sa vie au Christ, chacun des péchés d’un prêtre, chacune de ses faiblesses n’en prend que plus d’importance. 

Le prêtre est un expert en péchés des hommes, expert en tentations et en ruses du démon, mais cela ne l’empêche pas de tomber aussi. Rares sont les hommes, même les prêtres, qui apparaissent dans une robe baptismale sans tache devant le Seigneur : saint Padre Pio le savait bien, lui qui se confessait tous les jours, alors qu’il était déjà pourtant devenu un modèle de sainteté pour les prêtres de son époque. 

Face à l’amour infini de Dieu, l’âme du prêtre, au moment de sa mort, ne peut que constater que, parce qu’il s’est donné entièrement au Christ, parce qu’il a été configuré au Christ souverain Prêtre, chacun des moments de sa vie humaine passé sans penser au Christ, sans agir pour le Christ, sans être un ‘autre Christ’ pour les hommes, est un peu comme un vol, en tout cas un manquement à l’offrande totale qu’il a faite de sa vie au Seigneur. 

Le sacerdoce est un trésor confié par le Christ à des vases d’argiles, saint Paul le dit lui-même : « Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, mais Jésus-Christ notre Seigneur, et nous, nous sommes vos serviteurs en Jésus : Dieu a fait luire sa clarté dans nos cœurs, pour que nous fassions briller la connaissance de la gloire de Dieu en la personne du Christ Jésus. Mais nous avons ce trésor dans des vases d’argile, afin que la grandeur appartienne à la puissance de Dieu, et non pas à nous » (II Cor. 4, 5-7). Et même avec la meilleure volonté du monde, un vase d’argile s’use, s’ébrèche, se fend : on peut le recoller, et la grâce de Dieu, par la vie de prière et de sacrements du prêtre, la grâce de Dieu le répare souvent. Mais il n’en reste pas moins que tout prêtre est le destinataire en propre de cette parole de Notre-Seigneur : « A quiconque beaucoup aura été donné, beaucoup sera demandé ; et de celui à qui on a confié beaucoup, on exigera davantage » (Luc. 12, 48).

Chaque jour à la sainte Messe, au bréviaire, le prêtre prie pour les âmes qui se confient à lui. Et au moment où l’heure vient (Jn. 5, 25), au moment où la trompette finale (I Cor. 15, 52) du jugement sonne pour le prêtre, au moment où il se présente pour rendre compte et de sa vie chrétienne et de son sacerdoce devant le souverain Prêtre qui a tout pouvoir pour exercer le jugement (Cf. Jn. 5, 27), à ce moment là, nous devons prier pour celui qui a passé sa vie à prier et s’offrir pour nous.

Oui, mes frères, il nous faut prier, il nous faudra toujours prier et ne pas oublier dans nos intentions Mgr Masson et avec lui tous les prêtres que nous avons connus et aimés, qui nous ont guidés sur le chemin du Christ et servi de modèles dans notre vie chrétienne et pour nous, jeunes prêtres et diacres ici présents, de modèles de vie sacerdotale donnée à Dieu.

Chaque jour, Mgr Masson se confiait à St Michel, particulièrement pour surmonter sa maladie – non pas pour ne plus souffrir mais simplement pour continuer de servir Dieu le plus longtemps possible. St Michel, qui, comme un signe du ciel, est venu saisir l’âme de Mgr Masson le jour-même où l’on commémore dans l’Église la dédicace de son abbatiale au Mont-Saint-Michel. Les tous derniers articles que Mgr Masson a publiés manifestaient sa dévotion profonde envers le Chef de la milice céleste ainsi que les autres Archanges et tous les Anges des cieux.

C’est le même st Michel que nous évoquerons à l’offertoire par deux fois : d’abord comme celui qui, brandissant l’étendard du Christ, introduit les âmes à la béatitude éternelle, puis comme l’intercesseur qui, à la droite de l’autel, pendant le saint Sacrifice, fait monter l’encens et nos prières devant la face de Dieu (Per intercessiónem beáti Michaélis… prière de bénédiction de l’encens.). Et tout au long de la célébration des obsèques, la sainte Eglise ne cesse d’appeler les saints Anges à l’aide pour l’âme chrétienne au moment de sa mort et c’est donc en la présence de la milice céleste que nous accompagnons aujourd’hui Mgr Masson pour son dernier voyage.

« Seigneur Jésus-Christ, Roi de gloire, délivrez les âmes de tous les fidèles défunts des peines de l’enfer ; délivrez-les de la gueule du lion ; que l’abîme ne les engloutisse pas, qu’elles ne tombent pas dans les ténèbres, mais que le porte-enseigne saint Michel les introduise dans la sainte lumière » (Offertoire) : faisons nôtre ce matin cette prière de notre liturgie que nous allons chanter tout de suite. Par l’intercession de St Michel et des saints Anges qui escortent l’âme de celui qui nous a quittés. Par l’intercession de la Très Sainte Vierge que vénérait particulièrement Mgr Masson et qu’il voulait tant faire aimer des fidèles. Au pied de la Croix qui sera bientôt présente plantée sur notre autel par le saint sacrifice de la Messe, présentons nos prières au seul et unique Sauveur, Notre-Seigneur Jésus-Christ : qu’Il accueille son fidèle serviteur que Marie et saint Michel lui présentent maintenant, qu’Il l’accueille dans la vraie vie, dans la sainte lumière, la lumière éternelle dans la compagnie des Saints et qu’Il exauce ainsi la prière de toute la vie de ce prêtre fidèle : « Je veux vous chanter en présence des Anges, me prosterner  devant vous Seigneur, et rendre hommage à votre saint Nom » (Ps. 137, 1-2 : alléluia de la messe de dédicace du Mont-Saint-Michel).

Publié dans : Général | le 13 janvier, 2011 |Pas de Commentaires »

6 janvier : Epiphanie de Notre Seigneur

czechowiczpokontrzechkrli.jpg

 

L’  » Epiphanie  » signifie apparition, manifestation du Christ, le Sauveur, non seulement aux Juifs, mais aussi aux païens, figurés par les trois mages ou rois venus de l’Orient. Plusieurs textes de l’office mentionnent encore d’autres manifestations du Christ. Au baptême de Jean-Baptiste, où il est appelé par son Père céleste, son Fils bien-aimé. Au miracle du festin des noces, où il donna pour la première fois une preuve de sa puissance divine.

 

INTROIT

Voici venu le souverain Dominateur ; la royauté, la puissance, l’empire sont dans ses mains. (Psaume 72 : 1) Seigneur, donnez au roi votre jugement et votre justice au fils du roi.

Gloire…

 

COLLECTE

O Dieu, dont l’étoile a guidé, en ce jour, les païens à la révélation de votre Fils unique, faites-nous la grâce, à nous qui déjà vous connaissons par la foi, de parvenir un jour à contempler votre divine beauté. Par le même Jésus-Christ…

 

EPITRE (Isaïe 60 : 1-6)

Isaïe décrit la domination universelle de la nouvelle Jérusalem et la beauté admirable dont elle brillera devant les hommes. Son regard s’élève au dessus de la ville historique pour embrasser le royaume universel du Messie.

Lève-toi, Jérusalem, et brille d’un vif éclat, car ta lumière est venue et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. Les ténèbres couvriront la terre et l’obscurité enveloppera les peuples : mais sur toi, Dieu se lèvera et manifestera sa gloire en toi. Les nations marcheront à ta lumière, et les rois à la splendeur de ta clarté naissante. Regarde autour de toi et vois : tous ceux-ci se sont rassemblés et sont venus vers toi ; tes fils viendront de loin, et tes filles à ton côté se lèveront. Alors tu verras, et tu seras dans l’opulence ; ton coeur sera dans l’admiration, et il se dilatera, car vers toi se dirigeront les richesses de la mer, et la force des nations viendra à toi. Une multitude de chameaux t’envahiront, les dromadaires de Madian et l’Epha ; tous les habitants de Saba viendront, portant de l’or et de l’encens et publiant les louanges du Seigneur.

 

GRADUEL

(Isaïe 60 : 6, 1)  Tous les habitants de Saba viendront, portant de l’or et de l’encens et publiant les louanges du Seigneur. V. Lève-toi, Jérusalem et brille d’un vif éclat, car la gloire du Seigneur s’est levée sur toi.

 

ALLELUJA, alleluja.

(Matthieu 2 :2) Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus, avec des présents, adorer le Seigneur. Alleluja.

 

EVANGILE (Matthieu 2 : 1-12)

Histoire des trois rois mages. L’Eglise y signale deux traits principaux : la foi est l’étoile qui nous conduit vers le Christ, et les dons représentent nos bonnes oeuvres.

Jésus étant né à Bethléem de Juda,sous le règne d’Hérode, voici que de Mages vinrent d’Orient à Jérusalem, et ils disaient : Où est le Roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l’adorer. A cette nouvelle, le roi Hérode fut troublé et tout Jérusalem avec lui. Et assemblant tous les princes des prêtres et les scribes du peuple, il leur demanda où le Christ devait naître. Et ils lui dirent : A Bethléem de Juda, car ainsi l’écrivit le prophète : et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es pas la moindre parmi les principales villes de Juda ; car de toi sortira le Chef qui gouvernera Israël, mon peuple. Alors Hérode ayant appelé en secret les Mages, s’enquit avec soin auprès d’eux du temps auquel l’étoile était apparue. Les envoyant ensuite à Bethléem, il leur dit : Allez, informez-vous soigneusement de cet Enfant et lorsque vous l’aurez trouvé, faites-le moi savoir, afin que moi aussi j’aille l’adorer. Sur ces paroles du roi, ils partirent. Et voilà que l’étoile, qu’ils avaient vu en Orient, les précédait, jusqu’à ce qu’elle s’arrêtât au-dessus du lieu où était l’Enfant. A la vue de l’étoile, les Mages furent transportés de joie. Et entrant dans la maison, ils trouvèrent l’Enfant avec Marie, sa mère ; (ici on fléchit le genou) et se prosternant, ils l’adorèrent. Puis ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent de l’or, de l’encens, et de la myrrhe. Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

 

OFFERTOIRE

(Psaume 72 : 10-11) Les rois de Tharsis et des îles lui offriront des présents ; les rois de l’Arabie et de Saba lui apporteront des dons : et tous les rois de la terre l’adoreront ; toutes les nations lui seront assujetties.

 

SECRETE

Nous vous en prions, Seigneur, regardez avec bienveillance ces dons de votre église ; car elle ne vous offre plus seulement l’or, l’encens et la myrrhe, mais la réalité figurée par ces dons : notre Seigneur Jésus Christ, votre Fils, qui s’immole et se donne en nourriture : qui vit et règne…

 

COMMUNION

(Matthieu 2 : 2) Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus, avec des présents, adorer le Seigneur.

 

POSTCOMMUNION

Dieu tout puissant, nous vous en supplions, donnez-nous cette grâce, que notre esprit purifié parvienne à goûter ces mystères, que nous célébrons solennellement. Par…

 

 

Source : Missel de 1962

Publié dans : Liturgie | le 9 janvier, 2011 |Pas de Commentaires »

Grande neuvaine de Noël

Grande neuvaine de Noël

Du 16 au 24 décembre

A offrir en cadeau d’anniversaire à Notre Seigneur Jésus pour la Fête de Sa Nativité.

Prions cette neuvaine en demandant à Dieu de disposer nos coeurs pour L’accueillir le jour venu dans la joie et l’humilité. Demandons-Lui de bien disposer nos âmes. Prions aussi pour les enfants à naître et les familles en difficulté, ainsi que pour le respect du jour de Noël.

2381663650_252eb8443f_b
Premier jour

16 décembre

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Petit Enfant adorable, Ô Jésus, je Vous offre l’amour de Votre Très Sainte Mère, Notre-Dame du Magnificat, et Son bonheur chaque fois qu’Elle prononçait Votre doux Nom. Recevez la pure joie de Son âme immaculée lorsque, pour la première fois, Vous Lui avez donné Son doux titre de « Maman ». Ô Mère du Verbe incarné, enseignez-moi à aimer comme Vous le Nom de Jésus que Vous prononcez avec tant d’amour et de respect.


Une dizaine de chapelet, 1 Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.


Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.

Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.


Invocation

Doux et aimable Enfant-Jésus, je Vous reconnais et je Vous adore comme mon Seigneur et mon Sauveur. Je Vous aime, Dieu fait enfant pour moi ! Je Vous aime, mon amour, ma vie, mon tout ! Amen !

Num_riser0008

Deuxième jour

17 décembre

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Ô Saint Enfant-Jésus, je Vous aime par Votre Sainte Mère et je Vous offre Vos perfections, Votre gloire, la joie de Marie Immaculée à Bethléem, puis à Nazareth, Son amour et Sa vie parfaite ainsi que Son dévouement pour Saint Joseph. Donnez-nous d’être des âmes apostoliques vivant sous Son regard et marchant dans la petite voie d’enfance de Sainte Thérèse. À chaque instant, je désire penser à Vous, respirer, travailler pour Votre amour. Ô petit Enfant-Jésus, donnez-moi Votre petit Cœur Adorable pour Vous aimer et aimer, comme Vous, Votre Mère Immaculée.

Une dizaine de chapelet, 1 Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.


Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.

Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.


Invocation

Ô Dieu fait Enfant pour moi, je Vous aime par-dessus toutes choses, et en toutes choses, de tout mon cœur, parce que Vous méritez d’être aimé infiniment. Donnez-moi Votre amour, donnez-moi Votre grâce, je ne veux rien de plus, Vous seul me suffisez, mon Jésus, ma vie, mon tout. Saint Enfant-Jésus, Bonté infinie, je veux Vous aimer autant que Vous le méritez ! Amen !

calendar50

Troisième jour

18 décembre

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Enfant-Jésus, Verbe incarné, cachez-nous sous le manteau protecteur de Votre Sainte Mère. Enfant-Jésus, Roi des cœurs, Trésor de la Sainte Famille, rendez la paix aux foyers éprouvés, transformez-les en véritables foyers de Nazareth de l’Amour Infini. Enfant-Jésus, lumière et consolation de toutes les âmes, attirez-nous à Votre Cœur Adorable, livrez-nous à l’Amour Eternel. En nous, trouvez toujours la tendresse et la joie qui Vous enveloppaient dans la pauvre grotte-étable de Bethléem.


Une dizaine de chapelet, 1 Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.


Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.


Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.

Invocation

Divin Enfant-Jésus, faites -Vous aimer de moi et de tout le monde ! Vous êtes si digne d’amour. Mon Jésus, Ô doux Enfant, attachez-moi à Vous par les chaînes de Votre amour, et je veux Vous aimer éternellement. Enfant-Jésus, infiniment aimable, que toujours je sois à Vous et que toujours Vous soyez à moi, que je Vous aime toujours et que Vous m’aimiez toujours. Amen ! 

calendar61

Quatrième

19 décembre

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Petit Enfant-Jésus, Christ Roi d’amour, Dieu Tout-Puissant, dont le Cœur est rempli de tendresse infinie pour les hommes, nous sommes à Vous. Soyez le souverain Maître de nos âmes. Ô Jésus, Amour Infini, embrasez nos cœurs de Vos flammes d’amour, et faites de nous de dociles enfants, humbles serviteurs, toujours heureux de Vous servir par notre vie apostolique. Nous Vous proclamons Roi des rois et Seigneur des seigneurs, nous Vous consacrons l’univers, l’Église et les nations, et, nous confiant en Votre Miséricorde inlassable, nous Vous prions de régner sur le monde par l’amour et de nous associer un jour à Votre gloire dans le Ciel.

Une dizaine de chapelet, 1 Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.


Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.


Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.


Invocation

Divin Enfant-Jésus, donnez-moi cet amour dont Vous aime éternellement Votre Père, et comme IL est en Vous et une même chose avec Vous, qu’ainsi je sois en Vous par un véritable amour et que je sois une même chose avec Vous par une parfaite union de ma volonté à la Vôtre. Sainte Trinité, je Vous offre la Très Sainte Vierge Marie, l’Immaculée Conception, digne Ostensoir de Jésus, et les perfections de l’Enfant Divin de la sainte crèche. Père Eternel, Amour Infini, acceptez l’amour de l’Enfant-Jésus et de Sa Très Sainte Mère pour suppléer au mien. Amen !

calendar7

Cinquième jour

20 décembre

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Ô Saint Enfant-Jésus qui avez été la joie de Votre Sainte Mère et du glorieux Saint Joseph, durant Votre enfance et Votre vie à Nazareth, Vous qui avez sanctifié Saint Jean-Baptiste, Vous qui êtes devenu la lumière des premiers adorateurs de la crèche, la consolation des justes du Temple, daignez nous partager Votre grâce et nous attirer à Votre Cœur tout aimant. Revêtez nos âmes des vertus d’humilité et de charité qui Vous sont si chères et rendez nous chaque jour Vos humbles frères et sœurs, apôtres de l’Amour Infini.

Une dizaine de chapelet, Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.


Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.


Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.


Invocation

Ô petit Enfant-Jésus, je Vous aime par le Cœur très pur de Votre douce Mère. Jésus-Enfant, nous Vous offrons notre cœur rempli d’amour, nos petits sacrifices et notre prière quotidienne. Nous Vous offrons ces dons comme jadis les saints rois mages, par les mains de Votre Mère Immaculée. Ô Bonté Infinie, me voici prête à souffrir toutes les croix que Vous m’enverrez; mon Jésus, car je veux Vous aimer le mieux possible. Amen !

calendar9

Sixième jour

21 décembre

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Seigneur Jésus, Lumière du monde, qui durant Votre vie sur terre, avez rendu aux hommes un si excellent témoignage de Dieu, Auteur de la vie et Lumière incréée, aidez-nous à observer Ses Commandements, à demeurer sans taches et sans reproches jusqu’à Votre manifestation qui fera paraître Dieu, Votre Père, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, seul immortel, qui habite une lumière inaccessible que nul n’a vue, ni ne verra jamais, à qui soient honneur et puissance éternels.


Une dizaine de chapelet, Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.


Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.


Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.


Invocation

Jésus, Enfant-Dieu, écartez de nous Hérode et tous les ennemis qui cherchent à perdre nos âmes. Ô Marie Immaculée, donnez à notre âme Votre Divin Enfant-Jésus, faites-Le vivre pleinement en nous avec le Père et le Saint- Esprit. Petit Jésus, si aimable et si aimant, prenez possession de mon âme, je Vous la donne sans réserve, Vous êtes et Vous serez à jamais mon unique amour. Amen !

calendar_main3b

Septième jour

22 décembre

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Ô Jésus, Lumière du monde, je suis complètement Vôtre : une petite âme d’amour qui Vous suit de Bethléem au Calvaire et au Cénacle, victime et hostie qui, sans fin, Vous dit et Vous redit : – « Magnificat ! Amour Infini, je Vous aime par Marie ! ». Soyez ma communion perpétuelle sur terre et offrez-moi sans fin à Notre-Dame de la Lumière.

Une dizaine de chapelet, 1 Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.


Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.


Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.


Invocation

Saint Enfant-Jésus, mon Espérance, remplissez-nous de confiance en Vos mérites. Enfant-Jésus, Sagesse Éternelle, enseignez-nous la science qui demeure pour l’éternité et cette infinie charité qui Vous a fait Vous incarner en nouveau-né. Saint Enfant-Jésus, qui avez embrassé la pauvreté, détachez-nous des biens terrestres, afin que nous devenions dignes d’obtenir Votre saint Amour et de Vous posséder. Amen !

calendar46

Huitième jour

23 décembre 

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Ô très doux Jésus, Lumière éternelle, Source de l’Amour Infini, Sanctuaire de la Divinité, associez-nous à Votre béatitude. Daignez exaucer les prières de Votre Mère et unir tous les apôtres en un seul cœur. Ô Jésus, Charité éternelle, embrasez nos cœurs, cachez-nous en Votre Cœur et faites de nous d’angéliques témoins de la Lumière.

Une dizaine de chapelet, 1 Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.

Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.

Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.


Invocation

Saint Enfant-Jésus, notre force, adoucissez les épreuves de Vos enfants, fortifiez-les par la grâce. Jésus, Lumière du monde, soyez connu et aimé de tous les cœurs. Jésus, Lumière des cœurs, éclairez les pécheurs, faites-leur comprendre ce que Vous avez fait par amour pour eux et combien Vous désirez leur salut. Jésus, Lumière des âmes, renouvelez le temps des miracles en faveur du monde en détresse. Amen !

calendar8

Neuvième jour

24 décembre 

Ô Bébé Jésus, naissez dans mon cœur ! Enfant-Jésus, Soleil d’amour, dissipez les orages de l’erreur et les guerres et faites luire l’arc-en-ciel Divin, signez une alliance nouvelle avec Vos enfants ; par les souffrances de Votre Passion à venir nous Vous le demandons. Petit Enfant-Jésus, commandez et l’on Vous obéira.


Une dizaine de chapelet, 1 Je Vous salue St Joseph et 1 Gloire au Père.

Priez pour nous, Ô Sainte Mère de Dieu, afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre doux Sauveur Enfant, Jésus de Bethléem, Rédempteur du monde.


Prions

Par Votre puissance dans l’étable de Bethléem, accordez-nous la grâce de comprendre, d’aimer et de vivre les enseignements de la pauvreté que Vous nous avez prêchée tant de fois par Vos Divins exemples. Associez-nous intimement au grand mystère de Noël afin que nous puissions imiter Vos saintes vertus, unies à celles de la Vierge Marie et de St Joseph, pour notre salut et celui des âmes, par les mérites infinis de Votre pauvreté, dans le dépouillement total, le dénuement complet de Votre Nativité dans la paille de la mangeoire de la grotte-étable.


Invocation

Jésus, Lumière des cœurs, Auteur de la lumière, suscitez des thaumaturges à Votre Église pour affermir la foi des fidèles. Soyez notre libérateur, le soutien et la joie de Vos enfants Apôtres de l’Ordre de la Mère de Dieu. Guidez et fortifiez le Vicaire du Christ sur terre, notre Pape Benoît XVI, en ces temps orageux. Amen !

Source.

Publié dans : Prières | le 30 décembre, 2010 |Pas de Commentaires »

Jésus, Toi qui a promis

Voici un chant magnifique. Nous le chantons souvent pendant l’Adoration Eucharistique.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans : Chants | le 18 décembre, 2010 |Pas de Commentaires »
12345

"Lève-toi, sois éclairée, c... |
Namasmarana |
Prière, j'écoute... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | leboussileboussifackcedric
| FACE AU JUDAISME
| Histoires Du Coran